Bretanwealda came across Apollinaire whilst at school and his two best collections of poems, Alcools (1913) and Caligrammes (published posthumously in 1919) have been constant companions over thirty-five years. Here is one of his favourites, from Alcools, which he will forever associate with Solange, his father’s mistress of long ago.

LE PONT MIRABEAU

Sous le pont Mirabeau 
coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine.


Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains 
restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va 
comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Advertisements